D'après le roman de Jane Austen.


Distribution :

Amanda Root

Anne Elliot

Ciarán Hinds

Capitaine Frédérick Wentworth

Susan Fleetwood

Lady Russell

Corin Redgrave

Sir Walter Elliot

Fiona Shaw

Mrs. Croft

John Woodvine

Amiral Croft

Phoebe Nicholls

Elizabeth Elliot

Samuel West

M. Elliot

Sophie Thompson

Mary Musgrove

Judy Cornwell

Mrs. Musgrove

Emma Roberts

Louisa Musgrove

Victoria Hamilton

Henrietta Musgrove

Robert Glenister

Capitaine Harville

Richard McCabe

Capitaine Benwick

Charles Musgrove

Simon Russell Beale

Felicity Dean

Miss Clay

Helen Schlesinger

Mrs Smith

Synopsis :

Persuasion est un téléfilm britannico-américano-français réalisé par Roger Michell et diffusé en 1995.

Le film a débuté sa carrière en tant que téléfilm au Royaume-Uni mais il est également sorti en tant que film dans les salles de plusieurs pays dont les États-Unis, l'Australie, les Pays-Bas.

Résumé :

Cette version du livre de Jane Austen est une adaptation très fidèle du livre. La réalisation du film est de Roger Mitchell sur un scénario de Nick Dear.

Le scénario est tellement fidèle qu'il faut également chercher dans cette seconde adaptation de 1995 les divergences entre le livre et le film. Elles sont très rares et se situent surtout sur la fin du film.

Ce qui est particulièrement remarquable c'est le choix des acteurs pour les rôles principaux d'Anne Elliot et du capitaine Frédérick Wentworth. En effet le livre indique très clairement que le capitaine est un bel homme sans préciser beaucoup plus son portrait. Quant à Anne elle est supposée être une jeune femme un peu triste et fanée au début de l'histoire. Elle se changera au fil de l'histoire en une femme belle et sûre d'elle.

Cette adaptation nous montre cette métamorphose avec beaucoup de subtilité. Le couple formé par Amanda Root et Ciaran Hinds est très crédible. Sans être vraiment beaux, ils dégagent une vraie alchimie palpable à l'écran. Grâce à quelques très belles prises de vue on voit sur Anne la transformation s'opérer rapidement et la jeune femme un peu terne devient une belle femme que l'amour et le sentiment de se savoir aimée rendent très désirable.

Le film était à l'origine un téléfilm britannique mais le succès fut tel qu'il est sorti au cinéma aux États Unis quelques semaines plus tard. Times Magazine dira dans sa critique que c'est le meilleur film de l'année. Le film recevra plusieurs récompenses.

Les différences entre le livre et le film :

1 - Les scènes d'ouverture et de fin du film nous montrent des vues de bateaux militaires. Les dialogues entre celui qui s'avérera être l'amiral Croft et les marins situent parfaitement l'histoire au moment de l'abdication de Napoléon Bonaparte. Au début du film on nous informe que l'Empereur vient d'être exilé à l'île d'Elbe.

Dans une des dernières scènes, l'amiral informe ses partenaires de jeu que Napoléon a quitté son exil et qu'une nouvelle guerre est à craindre.

2 – Le livre commence par une énumération très détaillée de la généalogie de la famille Elliot qui nous est épargnée dans cette version ce qui évite les longueurs de la première adaptation.

3 – La scène avec le fils de Mary et Charles au cours de laquelle le capitaine « libère » Anne des petites mains du garçonnet est omise dans cette version également. C'est pourtant un moment d'émotion important pour Anne. Même si elle n'ose encore espérer un retour des sentiments amoureux du capitaine, elle prend conscience qu'il est toujours près à lui être agréable sans qu'elle n'ait besoin de lui demander de l'aide.

4 – Le prénom de la fiancée du capitaine Benwick est Phoebe dans le film alors qu'elle s'appelle Fanny dans le roman.

5 – Le film fait un joyeux mélange des deux versions de la fin du livre écrites par Jane Austen. Cette façon de mixer les deux conclusions permet de donner plus de force au rôle d'Anne en lui donnant une vraie légitimité par rapport à ses sœurs. Pour une fois c'est elle qui est à l'honneur surtout quand à la fin du film le capitaine vient demander à Sir Walter la permission de fixer la date du mariage. A noter qu'il ne demande pas la main d'Anne à son père mais simplement de lui permettre de fixer une date qui lui convienne pour le mariage. Cette façon de s'imposer fait ressortir plus clairement l'émancipation toute récente mais bien réelle de la douce Anne qui ne s'efface plus mais au contraire qui se met en évidence face au monde.

6 – M. Elliot est dans cette version un homme en quête d'une héritière non pas seulement pour le nom mais aussi pour la fortune. Son rôle est plus calculateur mais peut être moins froid que dans le livre.

7 – Au cours de la fameuse scène de la lettre du capitaine, il fait tomber un sablier alors que dans le livre c'est sa plume qui tombe au sol.

8 – A la toute fin du film, Anne écrit un courrier et quand la caméra recule on la voit en fait dans une cabine à bord d'un navire de guerre. A l'image de sa belle sœur l'épouse de l'amiral Croft elle a rejoint son mari à bord de son bateau. On comprend ainsi que contrairement à ce que prétendait le capitaine au début du livre, il est enfin prêt à avoir une femme à son bord du moment que c'est la sienne.

Ce qui surprend un peu dans le film et qui semble totalement en désaccord avec les principes de la marine royale de l'époque, c'est le fait que les acteurs portent leurs uniformes de marins quasiment en permanence. Selon ce que l'on sait des pratiques de l'armée à cette époque c'est une erreur absolue. Les marins devaient être en civil quand ils étaient à terre et surtout dans le cadre de leur vie privée sans rapport avec leur activité professionnelle. Cela permet tout de même de mettre en évidence cette nouvelle classe sociale qui a réussi à s'enrichir grâce à son travail, son talent et ou son courage.

Ce téléfilm à l'origine fait partie de ces adaptations qui dans le cours des années 1990 ont commencé à bénéficier de budget conséquent. Cela se ressent dans la qualité des lieux de tournages, des décors en eux mêmes et surtout des costumes. On a l'impression de s'approcher beaucoup plus près de la réalité quotidienne des classes aisées mais aussi et surtout des classes plus populaires. On ressent une vraie recherche dans les détails de la vie quotidienne :

La quantité invraisemblable de serviteurs chez Sir Walter :

Les créanciers qui se font pressants à Kellynch Hall, les travaux dans les champs autour du château.

La recherche dans les décors des différentes demeures des familles en présence la beauté des décors extérieurs comme Lyme Regis ou Bath (rues et bâtiments). Scènes de la vie quotidienne au bord de la mer :

Détail de la vie de chaque jour : repas, loisir, ballade, chasse.....

Le film ici s'attache à nous faire rêver et non plus seulement à nous raconter un livre aussi beau soit-il. Cette version fait vraiment partie d'une série de films qui seront adaptés de l’œuvre de Jane Austen et qui seront tous d'une grande qualité. On peut vraiment parler d'un film romantique : de ceux que nous les janéites nous aimons tant.

Les personnages masculins :


Frédérick Wentworth

(Ciarán Hinds)

Le rôle principal du beau héros ténébreux a été confié au talentueux Ciarán Hinds. Quand il accepte le rôle il a 42 ans. Il semble un peu vieux par rapport au livre mais cela permet au couple qu'il forme avec Anne Elliot de bien fonctionner. Il n'a peut-être pas la beauté supposée du capitaine Wentworth mais il en a le charme et le charisme.

Il est calme et tranquille. Sous des dehors un peu bourrus, il est très rapidement de nouveau attiré par la beauté et le calme rassurant de la douce et délicate Anne. Il essaie de l'éviter au profit de Louisa Musgrove.

Mais il devient très rapidement jaloux des hommes qui sous ses yeux sont séduits par son ancienne fiancée. On comprend rapidement qu'il est de nouveau amoureux mais qu'il est encore peu sûr des sentiments d'Anne Elliot. Le contexte de l'intrigue ne lui permettent pas de se déclarer comme il le souhaiterait.

La première rencontre entre lui et Anne se situe à la trentième minute du film. Leur interprétation est toute en délicatesse. Il la regarde à peine mais ses yeux sont empreints de douceur et de mélancolie voir de tristesse même s'il essaie de donner le change.

Lors du repas suivant il saura faire passer toute en délicatesse mais fermement la force de sa rancœur et de sa peine. Il dit aux autres convives son sentiment mais on comprend qu'il ne s'adresse qu'à elle.

Le regard triste et fuyant d'Anne prouve combien elle regrette sa décision de rompre leur engagement. Il essaiera de capter son regard sans y parvenir.

Lors de la promenade dans la campagne en compagnie de toute la famille Musgrove il laissera voir le mépris qu'il éprouve pour Mary devant son snobisme et sa condescendance envers sa famille moins fortunée.

Au retour de cette même promenade, il se rendra compte de la fragilité d'Anne et de sa fatigue et saura délicatement demander à sa sœur Mrs Croft de la prendre dans leur voiture ; ce sera le premier geste de douceur qu'il aura pour elle à la grande surprise d'Anne. Il en profitera un peu pour la prendre par la taille avec fermeté ce qui à cette époque devait déjà être considéré comme un geste quasi indécent.

On sent après cette promenade, lorsqu'ils prennent le thé que le regard d'Anne se porte en permanence vers lui. Elle s'interroge sans vraiment croire qu'il puisse encore avoir des sentiments pour elle.

Quand il décidera de se rendre chez son ami le Capitaine Harville, les choses se précipitent.

La retenue permanente à laquelle il s'oblige chez les Musgrove en grande partie à cause des convenances en vigueur dans la petite noblesse de province, s'envole et il retrouve le naturel des hommes de la mer.

Il se sent à l'aise dans le milieu des marins et on voit qu'il est heureux de retrouver ses amis et leur famille.Quand il se promène sur le Cobb on voit sa bonne humeur renaître naturellement et on verra aussi la joie illuminer les traits d'Anne.

Il appréciera plus ou moins la complicité qui s'installe entre Anne et le Capitaine Benwick lors d'un repas au cours duquel ils parleront de poésie. Le regard qu'il jette vers eux au dessus de son cigare n'est pas spécialement joyeux. Les prémices de la jalousie sont déjà là.

Cette jalousie sera d'autant plus violente quand il verra le regard admiratif de celui qui s’avérera être M. Elliot. On a du mal à saisir son demi sourire. Il peut dire deux choses. La première serait qu'il est surpris et heureux de savoir qu'un jeune homme plutôt séduisant puisse être charmé par son ex fiancée ; la seconde interprétation pourrait vouloir dire : attention jeune homme, touche pas la dame, elle est à moi !!!

Son sourire est à la fois sceptique et en même temps à la limite arrogant. Dommage qu'Anne n'ait pas pu le voir !!

Il se moquera gentiment d'Anne quand la famille apprendra que le visiteur de l'auberge s'appelle Elliot. Seul eux deux peuvent comprendre l'allusion.

Après l'accident de Louisa, il sera le premier à réagir après Anne. Il semble terrorisé par ce qui vient de se passer mais il réagit.

J'admets volontiers que sa réaction peut surprendre et je n'aimerais pas qu'il me secoure en cas d'accident. Lui et Charles Musgrove transporte la pauvre Louisa plutôt comme un ballot de paille que comme une délicate jeune lady.

Quand il s'agira de trouver une nurse pour Louisa le renouveau de ses sentiments lui feront demander à Anne de rester. L'attitude mesquine de Mary le prendra au dépourvu et sûrement contrarie ses projets.

Au retour d'Henrietta avec Anne on sent qu'il essaie de lui parler mais il est encore trop incertain soit de lui soit de ses sentiments à elle.

Ils ne se retrouveront que bien plus tard. Anne aperçoit le capitaine Wentworth à travers la vitre d'un salon de thé.

Elle aura la chance de pouvoir se ressaisir avant leur rencontre. Le capitaine lui est surpris et un peu emprunté.

Elle essaie de lui montrer la joie qui est la sienne et il peut constater que le look de la jeune fille a bien changé: elle est rayonnante, s'habille de couleurs pastels.

Alors qu'il commence à se ressaisir et à plaisanter à propos du mauvais temps à Bath, celui qu'il considère déjà comme un éventuel rival, M. Elliot se présente pour raccompagner Anne chez elle. Il se renferme brutalement, sa jalousie prenant le dessus.

Quelques jours plus tard lors du concert, la famille Elliot fera l'effort de saluer le capitaine et il discutera très cordialement avec Anne ; on sent qu'il est heureux de la retrouver mais l'arrivée de Lady Dalrymple viendra interrompre leur tendre tête à tête.

La présence de M. Elliot en permanence à côté d'Anne l'empêche de profiter du concert avec plaisir. Le capitaine toise Anne et son cousin avec une colère et une jalousie mal dissimulées qui doivent certainement tenter M. Elliot d'en rajouter un peu dans la galanterie.

N'y tenant plus le capitaine quitte la salle de concert et malgré les tentatives de persuasion et la douce insistance d'Anne il reste ferme et la laisse avec son cousin.

Il la rencontrera par hasard chez les Musgrove, Pour la première fois lors d'un court tête à tête il lui rappelle quelque chose de leur passé : elle n'aime pas jouer aux cartes, il s'en souvient et il tient à lui faire savoir.

Quand Mary lui demandera de venir "reconnaître" M. Elliot à la fenêtre, elle montrera au capitaine sa contrariété de voir à nouveau son cousin s'interposer entre eux. Il est contrarié, elle aussi et elle tient à lui faire comprendre en le regardant d'un air triste.

Il retrouve Anne quelques jours après. Le capitaine est chargé de prévenir Anne que le bruit courant d'un prochain mariage entre elle et M. Elliot, l'amiral et son épouse sont d'accord pour quitter Kellynch afin que le couple s'y installe.

Anne essaie de lui expliquer que rien n'est vrai mais à ce moment Lady Russell fait son apparition et Anne connaissant leur antipathie mutuelle s'enfuit complètement bouleversée mais sans avoir répondu.

Quand le capitaine sera chargé de s'occuper de faire préparer un portrait du capitaine Benwick pour Louisa Musgrove, Anne présente, aura une conversation avec le capitaine Harville.

Celui ci explique qu'initialement le portrait était pour sa sœur Phoebe. Il est surpris que son ami ait pu oublier sa sœur aussi vite. S'en suit une discussion entre Anne et le capitaine ou chacun expose ses arguments et défendant ses opinions.

Le capitaine Wentworth entend leur discussion et comprend enfin ce que Anne ressent sans oser lui dire. Il décide de lui faire connaître ses sentiments au travers d'une lettre.

Ce moyen était cependant interdit par les codes de la bienséance entre un homme et une femme célibataire. Alors rapidement il écrit un mot qu'il dissimule sous le sous-main du bureau. Il lui montre la lettre et elle s'en empare discrètement.

La lecture de cette lettre d'aveu est faite au début par la voix murmuré du Capitaine ou l'on entend la passion qui est la sienne et elle se termine par la voix d'Anne tout aussi émue.

Le capitaine retrouve Anne quelques instants après dans la rue. Son beau-frère Charles la confie à ses bons soins.

On suppose que le capitaine avait un peu attendu dans la rue en regardant passer un cirque et se voir attribuer le rôle d'escorter sa bien-aimée ne peut que le satisfaire. Il lui avoue directement qu'il n'a pas pu l'oublier et encore une fois (il exagère!!!) contre toutes règles de bienséance, il l'embrasse furtivement sur les lèvres.

Leurs regards sont alors à l'un comme à l'autre d'une intensité extraordinaire. Cette scène est parfaitement jouée, toute en tendresse et en délicatesse et malgré tout chargée d'une intensité émotionnelle extrême.

Quand il retrouve Anne à la réception de son père, il surprendra tout le monde en disant qu'il vient pour affaires.

En effet, il ne demande pas l'autorisation d'épouser Anne, il demande respectueusement l'autorisation de fixer une date pour le mariage.

La réaction des autres membres de la famille est à l'échelle de leur surprise. La douce Anne ne se laisse plus manipuler mais au contraire grâce au soutien du capitaine elle redresse enfin la tête et reprend goût à la vie.

On retrouve le couple sur le pont arrière d'un navire de guerre. Ils sourient tous les deux heureux d'être ensemble même si les risques d'une guerre avec Napoléon sont présents.

Que dire du jeu de Ciarán Hinds.

Je le trouve absolument éblouissant de justesse et de finesse. Les dialogues sont peu nombreux mais les regards et les non dits sont tout aussi explicites qu'un grand discours. Il est sobre dans son jeu tout en sachant donner beaucoup d'intensité à son interprétation. Ciarán Hinds est pour moi l'incarnation du Capitaine Wentworth et il forme un couple merveilleux avec Amanda Root pour le rôle d'Anne Elliot. Je précise que je parle de l'interprétation du rôle. Quand à mon acteur préféré d'un point de vue du physique, il est difficile de rivaliser avec celui qui interprétera le rôle en 2007 Rupert Penry-Jones. La plastique de ce jeune homme est incontestablement agréable à regarder et son jeu est également tout a fait pertinent.

Sir Walter Elliot

(Corin Redgrave)

Est interprété par l'excellent Corin Redgrave. Il joue son rôle avec une malice et une justesse très proche de l'excellence.

Les scénaristes ont fait de son personnage un être ridicule mais attachant à la fois. On dirait un grand enfant à qui on a pris une partie de ses jouets. Il est maniéré et pédant, sûr de son élégance et de sa beauté. Mais paradoxalement on n'arrive pas à le détester. Son jeu est parfait.

Au début du film quand il doit prendre la décision de réduire son budget on le sent encore très sûr de lui. Il ne veut pas céder sur son train de vie mais la fermeté de lady Russell et les conseils avisés de son notaire lui feront prendre la bonne décision.

Il fait de l'humour pour charmer ses convives et ses mimiques sont irrésistibles. Quand il blessera involontairement sa fille Anne on sent qu'il est complètement déconnecté de toute réalité. Il sera "charmé" par l'amiral et la scène ou il se regarde dans la lame d'un couteau est très drôle.

Sa sortie devant tous les serviteurs du château est très bien jouée. On le sent arrogant alors que son personnel est totalement sans réaction devant tant de bêtise.

On le retrouve ensuite quand Anne se rend elle aussi à Bath. Il accueille sa fille « élégamment » en lui disant qu'elle doit considérer comme un honneur d'être la quatrième à table. Charmant accueil !

Il est particulièrement détestable au dîner quand il parle des femmes de Londres avec mépris.

Ses mimiques sont impayables. Son seul souci sera de se faire bien voir par Lady Dalrymple et ses manières obséquieuses seront le must de ce film.

A noter aussi le costume à grosses fleurs lors de leur seconde visite à laquelle Anne échappera en rendant visite à une amie au grand désespoir de son père et de sa sœur.

Sa sortie à l'opéra n'aura pour seul but que de se faire bien voir de Lady Dalrymple car son attitude lors du concert ne montre pas un grand intérêt pour la musique.

Quand le capitaine Wentworth viendra demander la main de sa fille à Sir Elliot il sera surpris. La première hypothèse pour sa réponse serait qu'il est complètement idiot, la seconde qu'il méprise totalement sa fille. Je penche pour la première option. Pour lui sa fille est si quelconque qu'il n'imagine même pas qu'elle puisse être demandée en mariage.

Corin Redgrave a su donner à son personnage une certaine élégance malgré le ridicule de son attitude envers les moins bien nés que lui. Il est irritant mais attachant malgré tout. L’acteur a réalisé un vrai tour de force pour interpréter son rôle et on en arrive a le trouver sympathique ce que je n'aurais pas pu envisager à la lecture du livre.

L'amiral Croft

(John Woodvine)

Ce rôle de baroudeur au cœur tendre est interprété avec finesse par John Woodvine. Cet acteur avait déjà 66 ans quand il a accepté le rôle. Il a l'âge vraisemblable pour un tel rôle. En effet l'âge supposé d'un amiral de la marine royale correspond au physique de l'acteur. Cet homme est encore séduisant mais les maquilleurs ont su lui donner ce côté "vieux loup de mer" qui convient tout en lui gardant une certaine prestance que Sir Elliot saura reconnaître. Il semble très proche de son beau frère le capitaine Wentworth et aussi très amoureux de son épouse. Ils forment en effet un couple bien assorti. L'amiral est quasiment le premier à apparaître à l'écran.

On le voit quittant son bateau pour rejoindre ses officiers à bord d'un autre navire et il vient leur annoncer l'abdication de Napoléon 1er. Il passe son équipage en revue et boit à la victoire de la Grande Bretagne contre l'empereur.

Sa première visite sera pour Sir Walter dont il loue le château. Son visage semble déjà plus apaisé qu'à bord de son bateau.

On le retrouve chez Mary Musgrove à qui il vient rendre une visite de courtoisie après son installation à Kellynch Hall. Il sympathise tout de suite avec les enfants à qui il apprend en toute simplicité à faire des bateaux en papier. Son attitude montre à quel point il aurait aimé avoir lui aussi des enfants mais la vie ou son métier lui on refusé cette joie. Il apprendra distraitement à Anne que son beau-frère sera bientôt parmi eux.

Le repas chez Mme Musgrove est pour lui l'occasion de taquiner le capitaine Wentworth sur les femmes et la marine. Il prend souvent à partie sa voisine, Anne, sans savoir que chaque parole du Capitaine lui font de la peine et regretter son bonheur perdu.

Lors d'une promenade alors que le capitaine Wentworth se rend compte de la fatigue d'Anne il demande à sa sœur de la raccompagner à la maison. Ne sachant rien du passé de son beau-frère, il commettra un nouvel impair en disant que le Capitaine devrait essayer de courtiser avec plus d’insistance une des sœurs Musgrove. A cette réflexion qui peine Anne, on sent que Sophy l'épouse de l'amiral n'est pas enchantée à cette idée.

C'est l'amiral qui apprendra à notre héroïne lors d'une promenade que le capitaine Benwick va épouser Louisa. La nouvelle surprend Anne mais son sourire radieux prouve à quel point la nouvelle la réjouit. A-t-il fait cette révélation volontairement ?

Personne ne le saura jamais.

On retrouve une dernière fois l'amiral à une table de jeux. Il annonce que Napoléon a quitté l’île d'Elbe et qu'il lève une armée en France. Anne entend cette conversation et apprend qu'une nouvelle guerre se prépare.

John Woodvine a derrière lui une grande carrière d'acteur. Il a surtout joué dans des films ou des feuilletons télévisés. Son talent est immense. Il joue son rôle d'amiral tout en retenue en sachant donner malgré tout la solennité que doit être celle d'un marin ayant de telles responsabilités surtout en période de guerre. Je le trouve excellent dans ce rôle.

M. Elliot

(Samuel West)

Le rôle du gentil méchant a été confié au talentueux Samuel West. Encore une fois dans cette adaptation, les réalisateurs ont su trouver le bon acteur ayant l'âge correspondant bien à celui du héros du livre. Il est plutôt beau gosse sans trop faire dandy. Ils ont fait de lui un jeune homme agréable sachant plaire aux femmes qui sont autour de lui.

Quand on le voit pour la première fois sur la jetée du Cobb à Lyme on se rend compte à son regard qu'il est sincèrement ébloui par la beauté délicate d'Anne Elliot. Son regard amusera le capitaine Wentworth et le sourire discret d'Anne montre qu'elle est contente de plaire à un aussi bel homme.

Il est extrêmement content de la retrouver chez Sir Elliot et la reconnaît aussitôt au grand désappointement de sa propre sœur à elle. Il ne cache pas son admiration et les réflexions mesquines de Sir Elliot sur une fille de fermier (Louisa) semblent lui déplaire.

Lors d'une soirée, il fera la conversation avec Anne. Sa sœur Elizabeth en semble irritée. Ils ont une conversation vive et animée et semblent bien s'entendre.

M. Elliot commettra un impair en étant trop rapide dans son désir de courtiser Anne. Il lui dit la connaître intimement dans son cœur mais Anne ne semble pas apprécier sa remarque.

Alors qu'Anne est au salon de thé il sera content qu'Elizabeth a son habitude soit désagréable avec elle et sera trop heureux de la raccompagner à son domicile. Il n'aura même pas la courtoisie de saluer le capitaine tant il est pressé de se mettre en route avec elle.

Le soir du concert, il a du remarquer la présence du capitaine Wentworth car il fera tout son possible pour les séparer utilisant même des procédés à la limite de l'impolitesse pour couper leur conversation. Il arrivera à ses fins car le capitaine quittera la salle très irrité et très jaloux. Il fera des allusions très claires sur ses sentiments sans qu'Anne n'y prête réellement attention tant elle est préoccupée par la réaction du Capitaine.

La dernière fois ou il apparaît dans le film, il demande un entretien en privé avec Anne. Il lui avoue enfin clairement qu'il souhaite lui faire la cour mais elle l'envoie balader en lui disant qu'elle n'a pas eu le temps de réfléchir à sa proposition.

Quand il entend le capitaine Wentworth dire qu'il va épouser Anne, son visage exprime une colère sans nom,

Paradoxalement alors qu'il est le « mauvais garçon » de l'histoire, il est presque sympathique par son jeu élégant et sans fierté excessive. Alors que les autres versions en font un homme pédant, dans cette adaptation, il est plutôt un jeune homme agréable à voir et à entendre. Nuls doutes que si le Capitaine Wentworth et la terrible infirmière de Mme Smith n'avaient pas été là, Anne aurait très bien pu succomber à son charme.

Le Capitaine Harville

(Robert Glenister)

Est interprété par Robert Glenister. Cet acteur britannique a eu une grande carrière à la télévision. Pour ce rôle de marin blessé à la guerre, il a accepté de se vieillir un peu car il n'avait que 35 ans lors du tournage. Il sait rendre son personnage très attachant et émouvant. Il n’apparaît que très peu dans le film mais il a une réelle présence.

On le voit chez lui très heureux d'accueillir son ami Wentworth et ce en présence du Capitaine Benwick. Sa maison est simple et sans prétention et quand il retrouve ses nouveaux amis à l'auberge on le sent très à l'aise parmi eux.

Il mettra immédiatement sa maison à la disposition de la famille Musgrove après l'accident de Louisa.

C'est lui qui accompagnera le capitaine Wentworth à Bath et on le sent heureux dans cette ambiance familiale des Musgrove. Il semble très ami avec Henrietta qui est la sœur de celle que son ami Benwick va épouser.

Son entretien avec Anne Elliot en aparté sera à l'origine de la lettre du capitaine Wentworth et de son futur bonheur.

La douceur avec laquelle il explique les sentiments de sa sœur et son échange avec Anne sont un modèle du genre. Il explique sans juger soutenu par les réflexions d'Anne qui lui exprime elle, le sentiment des femmes par rapport à ceux des hommes. Cet échange plein de tendresse est malgré tout émaillé de petites réflexions drôles et le regard très doux avec son petit sourire malin sont très agréables dans ce moment très important du film.

Il sera là aussi au côté du capitaine Wentworth quand celui ci fera sa demande en mariage comme témoin du bonheur de son ami.

Robert Glenister interprète son rôle avec retenue et malice à la fois. Il est parfait dans le rôle de l'ami fidèle et sincère.

Le Capitaine Benwick

(Richard McCabe)

Ce petit rôle si important dans l'histoire d'Anne et du capitaine Wentworth a été interprété par Richard McCabe. Cet acteur âgé lui aussi de 35 ans n'a pas le physique que l'on attend quand on a lu le livre. On s'attend à un jeune homme séduisant et ce n'est pas la première impression que l'on a quand on le voit pour la première fois.

Cependant il est très élégant aussi bien en civil qu'en uniforme de la marine. Il apparaît la première fois dans le film quand les Musgrove arrivent au domicile de son ami le capitaine Harville.

Il est souriant car heureux de revoir le capitaine Wentworth. Sa seconde apparition est au bord de la mer sur le Cobb et il engage une conversation sur la poésie et la littérature avec Anne.

Lors du repas à l'auberge sa grande complicité avec Anne rendra le capitaine Wentworth pensif voir jaloux. Son regard trahira les sentiments qu'il commence à nouveau à éprouver pour Anne et l'admiration platonique de Benwick seront un des premiers révélateurs de son amour renaissant.

On le retrouve une dernière fois sur le Cobb alors qu'il discute avec Anne de la soirée précédente jusqu'au moment de l'accident de Louisa. Il semblera tétanisé par l'accident mais se ressaisira quand Anne lui dira d'aller chercher un médecin.

On le voit attendre avec le reste de la famille pendant que le docteur examine Louisa. Son rôle est très court alors que son histoire d'amour inattendue pour Louisa permettra à son ami le capitaine Wentworth de connaître enfin le bonheur.

Il joue à merveille le rôle de l'amoureux désespéré se réfugiant dans la poésie triste et morbide. Ses expressions sont justes voir très émouvantes. J'ai beaucoup aimé son interprétation.

Charles Musgrove

(Simon Russell Beale)

Le rôle du gentil beau frère a été interprété pas Simon Russell Beale. C'est un gentleman farmer, issue de la petite noblesse de campagne et son seul passe-temps est la chasse.

D'ailleurs il passe une partie du film, un fusil à la main. Il semble supporter sa femme avec beaucoup de calme et l'arrivée du capitaine fait souffler un vent de liberté sur sa vie. Dés qu'il le peut il emmènera toute sa famille avec le capitaine sans oublier Anne a qui il a semblé tenir à une époque.

Son désir de raccompagner Anne lors de son malaise sera quand même moins fort que celui de voir un nouveau fusil et il sera sans le savoir l'instrument des retrouvailles du capitaine et de sa belle sœur.

Il a un visage sympathique mais son rôle est trop court pour pouvoir être vraiment étudié.


Les personnages féminins :



Anne Elliot

(Amanda Root)

Je vais développer un peu longuement le rôle capital de l'histoire qui est interprété par l'excellente Amanda Root mais c'est à mon avis un des plus beaux de toutes les adaptations des livres de Jane Austen. Cette actrice anglaise a 32 ans quand elle accepte ce rôle. Elle a presque l'âge d'Anne. Elle interprète le personnage avec infiniment de grâce et de douceur. Sa transformation au cours du film est subtile et très bien filmée.

Dans le film elle n’apparaît pas tout de suite mais seulement après 5 minutes de film. Elle arrive telles les gouvernantes de l'époque avec les clefs des différentes armoires et va s’asseoir en s'excusant.

Elle a le regard triste et on la sent inquiète de cette discussion avec son père. On sent son angoisse et son émotion monter quand elle comprend que le futur locataire de Kellynch sera l'amiral Croft. Son père sera surpris de sa réaction et sa sœur à la limite méprisante.

Alors qu'elle est tout en retenue et en calme on la voit monter les escaliers 4 à 4 le jour ou l'amiral et son épouse viennent visiter leur nouvelle maison. On sent qu'elle est au bord de la panique.

En faisant les derniers rangements,elle retrouve le livre dans lequel elle a pu suivre toute la carrière de son ex-fiancé et elle retrouve un petit bateau en papier qui lui sert de marque page. Quand on agrandit la photo on se rend compte qu'un clin d’œil est fait à la future lettre du capitaine. On lit les premiers mots de son message « you pierce my soul, I am half agony, half hope », Quand elle regarde ce bout de papier, son regard est tendre et nostalgique.

Quand elle se retrouve avec Lady Russell elle n'essaie pas de fuir la discussion mais elle lui fait comprendre doucement mais fermement qu'elle regrette d'avoir suivi ses conseils et elle lui dit clairement qu'elle aurait pu être heureuse. Pour toute réponse, Lady Russell lui rappelle que Frédérick Wentworth n'avait rien pour lui et elle détourne la conversation vers un livre de poèmes qu'elle lui donne.

En se rendant chez les Musgrove Anne devient le confident malgré elle des différents membres de la famille qui chacun leur tour viennent se plaindre de l'attitude de Mary qui désespère toute la famille. Elle écoute attentivement ne pouvant cependant pas y faire grand chose.

Quand L'amiral Croft et son épouse viennent rendre une visite de courtoisie à Mary, elle sympathise rapidement avec eux et apprend que le capitaine est attendu dans les prochains jours.

Anne acceptera de bon cœur de laisser partir sa sœur pour le repas chez les Musgrove. Elle s’occupe de l'enfant espérant gagner un peu de temps avant de rencontrer Frédérick.

Le capitaine passe prendre des nouvelles du petit garçon et revoit donc pour la première fois son ancienne fiancée. Alors qu'il arrive tout sourire, elle est tétanisée par l'angoisse. Elle se tient à côté de sa chaise et saisit le montant du dossier de toutes ses forces pour se donner du courage et se soutenir tant l'émotion la submerge. Le capitaine parvient à dissimuler son émotion et reste impassible devant elle à son grand désarroi.

Au retour de sa promenade, Mary avec sa méchanceté à peine dissimulée lui rapporte que le capitaine l'a trouvée tellement changée qu'il ne l'aurait pas reconnue si on ne l'avait pas présentée. On la retrouve devant son miroir en train de se regarder et elle constate avec regret qu'elle a perdu son éclatante jeunesse.

Quelques jours plus tard, elle se retrouve à table avec les Croft en présence du capitaine et tout le repas se déroule dans la bonne humeur. Mais Anne souffre en silence car chaque parole du capitaine s'adresse à elle sans que les autres ne le comprennent. Elle se rend compte qu'il lui en veut même s'il reste aimable et courtois. On se trouve en présence d'une joute oratoire où les regards se cherchent et se fuient en permanence.

Le premier vrai contact entre eux se fera au retour de promenade quand il l'aide à monter dans le véhicule de l'amiral Croft. Pour la toute première fois, ils échangeront un regard aussi doux et émouvant que furtif. Elle aura encore à subir les allusions de l'amiral quant à l'éventuel mariage de Frédérick.

A Lyme quand elle rencontre les Harville et Benwick à leur domicile, elle est radieuse pour la première fois en constatant la réelle amitié qui lie les trois hommes. Elle pense sans doute à ce qu'aurait été sa vie si elle avait été mariée à Frédérick.

La soirée à l'auberge sera pour elle, le moment d'essayer de réconforter le capitaine Benwick. Ce faisant elle exprime ce qu'elle ressent réellement sans savoir que sa conversation en aparté est source de sentiments mitigés pour le Capitaine Wentworth, sentiments certainement proches de la jalousie.

Le lendemain, en remontant de la promenade sur la plage elle croise avec un certain plaisir le regard d'un jeune homme très élégant et plutôt joli garçon. Son regard admiratif et très appuyé semble la troubler quelques instants et le capitaine qui se trouve derrière elle remarque aussi le gentilhomme. Son regard n'est pas particulièrement aimable mais plutôt ironique comme s'il se rendait compte que quelque chose vient de se produire sous ses yeux.

Cette rencontre sera comme un déclic pour Anne. Nous la voyons face à son miroir et il est aisé de constater la transformation qui s'est opérée en elle. Elle a de nouveau le teint frais et les joues rosies par l'air marin et l'exercice. Un doux sourire illumine son visage et on sent que la métamorphose est en route. Sa seconde rencontre avec ce gentilhomme semblera même lui faire un bien fou.

Puis survient l'accident sur la jetée. La première à réagir avec sang froid c'est elle. Elle donne les consignes à tous et le premier à se tourner vers elle est le capitaine Wentworth. Il sait d'instinct qu'elle pourra l'aider. Quand elle prend la décision d'aller chercher un médecin il se rue en avant pour y aller et quand elle lui dit d'envoyer Benwick à sa place, il l'écoute sans même discuter certain que c'est la bonne décision. Quand elle leur demande de porter Louisa chez les Harville elle aurait cependant dû leur dire d'être un peu plus délicat.

La première partie du film se termine alors qu'elle regarde par la fenêtre après son retour chez les Musgrove. La seconde partie reprend alors qu'elle est debout dans le salon de son père. Elle se retourne lentement le regard triste. Son père lui dit qu'il heureux de la voir car elle fera le 4 ème à table. Charmant accueil !!

Quand elle fera la connaissance officielle de M. Eliott elle aura la bonne surprise de voir qu'il la reconnaît. C'est une petite victoire qu'elle savoure devant le regard ahuri de Sir Walter qui ne comprend rien à leur discussion.

On sent que cette rencontre lui a fait du bien. Elle est de nouveau gaie, elle s'habille de couleur plus seyante et Lady Russell semble ravie de voir que le jeune M. Eliott semble plaire de nouveau à toute la famille.

Anne redevient la jeune femme qu'elle n'aurait jamais dû cesser d'être. Quand elle retrouve l'Amiral Croft et son épouse elle se précipite vers eux les bras tendus. On sent dans ses gestes de tendresse que Mme Croft apprécie beaucoup le nouveau look d'Anne.

Elle discute beaucoup avec M. Eliott au grand désarroi de sa sœur qui aimerait se faire épouser par lui. La discussion semble animée et gaie entre les deux jeunes gens. On penserait presque qu'elle est séduite par M. Eliott.

Elle retrouve son amie Mme Smith avec plaisir et celle ci lui raconte tous les potins de Bath.Elle apprend avec surprise qu'elle et son cousin M. Eliott sont l'objet de rumeurs.

C'est l'amiral Croft qui lui apprendra les fiançailles de Louisa avec le capitaine Benwick, sa surprise sera totale mais la joie est visible sur son visage.

Alors qu'elle prend le thé avec sa sœur et Mme Clay elle aperçoit le Capitaine Wentworth dans la rue. L'apercevoir la première lui laisse le temps de se ressaisir et elle a retrouvé son sang froid quand le Capitaine la voit à son tour.. On la sent très heureuse de lui parler, elle est rayonnante de bonheur et essaie d'entretenir la conversation.

Alors qu'il commence lui aussi à se dérider, M. Eliott la rejoint et il semble reconnaître le capitaine, tout en l'ignorant superbement. Il raccompagne Anne chez elle. Le regard noir du capitaine qu'elle ne peut pas voir aurait suffit à la rassurer sur ses sentiments à son égard. La jalousie transpire sur son visage fermé.

Le jour du concert, Anne discute avec le capitaine. A sa grande surprise, son père et sa sœur le saluent pour la première fois très respectueusement. Ils discutent tous les deux des événements passés à Lyme et leur complicité semble se réveiller doucement jusqu'à l'arrivée de Lady Darymple.

A partir de ce moment elle n'aura plus une minute à elle car elle est "réquisitionnée" par M. Eliott qui l'accapare pour une traduction du livret de la pièce. Il essaie lui aussi de séduire Anne et sentant le regard dur et jaloux du capitaine sur Anne il doit en effet en rajouter un peu dans la galanterie.

De ce fait le capitaine quitte la salle de spectacle. Anne va tout faire pour le retenir, Elle traverse toute la salle à la stupéfaction des invités qui se retournent sur elle. Elle essaie de l’empêcher de partir en usant de tous les moyens à sa disposition mais la bienséance et la froideur du capitaine la feront renoncer à insister.

On la retrouve dans les appartements des Musgrove qui viennent d'arriver à Bath. Elle y rencontre à nouveau le capitaine qui lui parle gentiment et en aparté il lui fait comprendre qu'il sait qu'elle n'est pas libre d'agir à sa guise.

Quand Lady Russell essaiera de convaincre Anne de se rapprocher de M. Eliott pour la toute première fois Anne se rebelle et lui tient tête.

Alors que le capitaine vient délivrer un message à Anne lui faisant comprendre qu'il est au courant de son prochain mariage avec M. Eliott, Lady Russell s'approche d'eux. Son intervention, la colère ou la peine contenue du Capitaine rendent la douce Anne malade et elle s'enfuit les laissant régler leurs comptes.

Alors qu'elle va rendre visite à Mme Smith, elle apprend que M. Eliott cherche à se rapprocher d'elle car il est ruiné.

A la lecture de la lettre que le capitaine arrive à lui faire parvenir, on sent son émotion qui est palpable. Amanda Root en quelques regards fait passer toute l'émotion que les mots du capitaine lui inspirent.

Elle est bouleversante de vérité quand on la voit essayer de se reprendre tant elle est submergée par ses sentiments.

Anne fera tout pour s'assurer que le capitaine vienne à la soirée de son père. Quand elle le retrouve dans la rue, le visage radieux d'Anne sera pour le capitaine la preuve que ses sentiments sont de nouveaux partagés.

Le capitaine et Anne enfin se retrouvent et le jeu des acteurs est d'une intensité exceptionnelle, C'est dans les trois versions que je connais de Persuasion la plus belle des scènes de retrouvailles. Ils sont tendres et délicats, tout en douceur et retenue. On a à faire à deux grands acteurs en présence l'un de l'autre et le talent qu'ils déploient est d'une intensité exceptionnelle. Toute femme fondrait de bonheur devant le regard du Capitaine.

La scène finale avec M. Eliott qu'elle envoie purement et simplement balader est un modèle du genre. On sent qu'Anne a pris sa décision et elle attend son fiancé sereinement passant de table en table sans plus aucune trace de timidité. Elle aime Frédérick Wentworth et elle le montre.

On la retrouve à la fin sur le pont du bateau avec son époux et son visage est rayonnant de bonheur.

Je trouve Amanda Root excellente dans ce rôle. On a envie de s'identifier à elle, de prendre sa place et de ressentir ce qu'elle ressent. Retrouver un grand amour auquel on a dû renoncer contrainte et forcée par les convenances doit être une grande expérience très éprouvante et Amanda Root sait faire ressortir ce genre de sentiments avec un talent exceptionnel.

Lady Russell

(Susan Fleetwood)

Ce rôle court mais capital a été interprété par Susan Fleetwood. Ce fut son dernier rôle. Elle a eu une carrière exceptionnelle d'actrice à la télévision. Elle interprète son rôle avec beaucoup de délicatesse et de retenue. Elle avait 51 ans quand elle a tourné ce rôle.

Elle est d'une élégance raffinée, Elle essaie d'aider Sir Walter du mieux qu'elle peut.

Quand Anne découvrira l'identité du nouvel occupant de Kellynch elle essaiera d'aider Anne à surmonter son émotion. Elle tentera de lui faire comprendre que la décision prise huit ans plus tôt était la bonne. Pour la première fois Anne ne sera pas d'accord et lui dira clairement.

On ne retrouve Lady Russell qu'après le retour d'Anne pour Bath plusieurs semaine plus tard, On les voit déambuler en ville et elles semblent tous les deux d'excellente humeur.

Les gestes de tendresse de Lady Russell pour Anne nous montre à quel point elle sont proches l'un de l'autre et pourtant on sent qu'Anne commence à prendre ses distances. Elle n’hésite pas abandonner Lady Russell pendant sa promenade pour rejoindre l'amiral Croft et son épouse.

Anne se rebelle pour la première fois contre Lady Russell quand celle ci essaye de la convaincre d'épouser M. Eliott.

Cette dernière sera d'ailleurs assez surprise de sa réaction.

Cette dernière ne se gênera pas pour être assez agressive quand elle croisera le Capitaine Wentworth. Elle sent en effet qu'Anne est en train de s'émanciper d'elle et que le rapprochement entre sa protégée et le capitaine est inévitable.

Elle aura la délicatesse de lui donner pour dernier conseil d’être ferme dans la décision qu'elle prendra.

Susan Fleetwood a incarné une Lady Russell comme je la voyais. Elle est trop charmante pour qu'on ne l'aime pas quand même malgré le tort qu'elle a pu faire au capitaine et à Anne. Son interprétation est en finesse et délicatesse.

Mme Croft

(Fiona Shaw)

Ce rôle a été donné à Fiona Shaw, Cette femme interprète le rôle de façon magistrale. Elle est à la fois élégante et femme active, volontaire.

C'est une très belle femme plus connue du grand public pour sa participation dans la série Harry Potter. Elle a 37 ans lors du tournage du film et le couple qu'elle forme avec l'amiral est très crédible. On la voit pour la première fois lors de la visite du domaine avec son époux et son élégance et son maintien pourront rassurer Sir Walter.

Dès les premiers instants, il s'installe une vraie complicité entre elle et la douce Anne.

J'ai toujours supposé même en lisant le livre qu'elle a, dès le début, souhaité une relation entre son frère et Anne sans jamais oser y croire. On a l'impression quand elle raconte sa vie à bord des bateaux qu’elle essaie de convaincre Anne.

On la retrouve brièvement avec l'amiral qui vient prendre les eaux. Elle a pour Anne des gestes de tendresse qui montrent combien elle s'est attachée à elle. Elle est rassurée au fond d'elle même, je suppose, que son frère ne se soit pas épris d'une des sœurs Musgrove et par les gestes très doux qu'elle a pour Anne on ressent une envie de la mieux connaître.

Pendant que le Capitaine écrit sa lettre à Anne elle discute très à l'aise avec Mme Musgrove comme si elle faisait partie de la famille.

On la retrouve une nouvelle fois chez Sir Walter quand son frère vient faire sa demande en mariage mais même si le film ne le montre pas on suppose qu'elle est très fière de lui.

Fiona Shaw a interprété magnifiquement cette sœur aimante et je dois dire qu'elle est également ma préférée dans ce rôle.

Mlle Elizabeth Elliot

(Phoebe Nicholls)

Ce rôle assez difficile a été confié à l'actrice Phoebe Nicholls. Elle a une grande carrière surtout à la télévision.Ce rôle est ingrat en ce sens qu'il faut montrer le côté pédant et artificiel d'Elizabeth. Phoebe Nicholls a su donner un certaine profondeur à son rôle.

On la voit dès le début du film. Elle incarne une Elizabeth Elliot qui dans l'intimité se laisse aller alors qu'elle est très snob en société. Elle se vautre dans son fauteuil en se gavant de confiserie d'une manière peu élégante.

Par contre quand il s'agit de parader face aux autres elle est hautaine, méprisante et vexante surtout vis a vis de sa sœur.

Elle ne manque pas une occasion de la rabaisser surtout devant Mme Clay à qui elle accorde toute sa sympathie.

Elle est pleine d'attention pour son père et charmeuse avec M. Eliott. Elle est aussi capable d'entrer dans une colère noire quand sa sœur refuse de les accompagner.

Elle fera une concession le soir du concert en acceptant de saluer le capitaine Wentworth. Je pense surtout qu'elle a pris conscience que le capitaine pourrait peut être devenir une relation acceptable en raison de ses nouveaux revenus.

Sa dernière apparition dans le film est quand elle ordonne à sa sœur de ne pas monopoliser le capitaine Wentworth.

La dernière scène où on la voit montre sur son visage le désespoir qui est le sien. En effet sa sœur qu’elle méprise tant se marie et avec un des plus beaux parties de leur connaissance. Son statut de vieille fille célibataire semble lui apparaître dans toute sa cruauté.

Phoebe Nicholls a su donner à son interprétation une vraie profondeur. Elle a su faire ressortir les différentes facettes du personnage avec beaucoup de talent.

Mary Musgrove

(Sophie Thompson)

Le rôle de l'impossible Mary a été magnifiquement interprété par Sophie Thompson. Dans la famille Thompson le gène des adaptations de Jane Austen est très présent. Elle est en effet la sœur de Emma Thompson qui sera une si belle Elinor Dashwood et l'auteur de magnifiques scripts inspirés de l’œuvre de Jane Austen. Sophie Thompson fera aussi plus tard une extraordinaire Miss Bates dans Emma.

Dans cette adaptation de Persuasion elle incarne le rôle peu enviable de Mary qui il faut bien le reconnaître est une vraie plaie dans la famille Eliott.

Elle est toujours souffreteuse, elle geint en permanence et est de l'avis contraire des autres en toutes circonstances. Les exemples sont nombreux :

L'arrivée de Anne qu'elle accueille allongée et à l'article de la mort alors que quelques instants auparavant elle la guettait à la fenêtre.

Alors qu'elle se dit malade elle se met devant un repas pantagruélique qu'elle engloutit avec délice.

Quand elle est chez les Musgrove chacun se plaint d'elle et elle ne manque pas une occasion d'être désagréable.

Elle fait une scène a tous quand elle ne peut aller rencontrer le capitaine en raison de l’accident de son fils.

Le seul qui trouve grâce à ses yeux est le capitaine Wentworth et elle en profitera pour balancer une méchanceté à sa sœur en lui disant que le capitaine ne l'avait pas reconnue tant elle avait changé.

Elle irritera Frédérick Wentworth par son snobisme vis à vis de la famille de leurs cousins qu'elle estime indigne d'elle et de ses origines.

Elle fait à nouveau montre de snobisme quand elle verra le supposé M. Eliott ce qui amusera le capitaine.

Elle fera une crise de jalousie quand le capitaine proposera que ce soit Anne qui reste pour s'occuper de Louisa.

A partir de ce moment du film elle ne fera plus que des apparitions sans dialogue dans le film.

Cette actrice a un petit rôle mais très important. Elle l'interprète magnifiquement. C'est une femme qui est plutôt jolie et elle fait preuve d'un véritable talent en acceptant de se déguiser et de jouer les mégères avec un tel brio.

Mme Musgrove

(Judy Cornwell)

Le rôle est tenu par Judy Cornwell. Cette actrice a une carrière de près de 60 ans à la télévision et au cinéma. Elle est aussi scénariste et écrivain. Elle interprète son rôle à merveille. Elle est une mère de famille très aimante et n'hésite pas à montrer ses sentiments maternels.

Elle fait remonter tout de même à Anne ses soucis avec Mary.

Elle a le don pour accueillir ses invités de manière simple et chaleureuse dans une ambiance familiale.

Elle discute avec l'épouse de l'amiral comme si elles étaient de vieilles amies de longues dates.

Son rôle est relativement court mais elle joue avec une douceur teintée de fermeté très agréable. On aimerait avoir cette dame pour grand mère tant elle a l'air chaleureuse.

Henrietta Musgrove

(Victoria Hamilton)

Ce rôle a été confié à Victoria Hamilton. S'il est une actrice qui aime interpréter les héroïnes de Jane Austen, c'est bien elle. Elle apparaîtra dans Orgueil et Préjugés 1995 et Mansfield Park 1999.

Elle interprète le rôle d'une jeune fille insouciante qui est promise à son jeune cousin. Elle et sa sœur sont jeunes et pleines d'entrain. Elles ne pensent qu'à s'amuser jusqu'au jour ou le beau capitaine vient à croiser leur route.

Elle sera béate d'admiration pour lui comme sa sœur Louisa.

L'intervention de sa sœur pour lui rappeler qu'elle est fiancée aura l'effet escompté et la douce Henrietta redevient rapidement la jeune fille sage qu'elle doit être.

S'agissant d'un des premiers rôles de Victoria Hamilton, on peut se rendre compte qu'elle est une actrice pleine de promesse.

Louisa Musgrove

(Emma Roberts)

Ce rôle si important pour l'histoire et pourtant si court a été confié à Emma Roberts. Elle joue de manière convaincante son rôle de sœur dévouée. A aucun moment nous n'avons le sentiment d'une rivalité avec sa sœur et pourtant c'est elle qui l'éloignera du capitaine Wentworth pour la renvoyer vers son fiancé.

J'ai toujours pensé que les deux sœurs, et Louisa la première, ont été éblouies par le capitaine car il était un moyen de rencontrer de nouvelles personnes. Elle est gracieuse, audacieuse et libre. C'est un parti intéressant pour Frédérick Wentworth. Il pourrait tomber amoureux d'elle mais les événements montreront au capitaine qu'obstination ne veut pas dire fermeté de caractère.


(à gauche)


Dès l'accident elle disparaît du film. Elle joue son rôle avec conviction en évitant la caricature que nous montrait la version de 1971. Les scénaristes ont fait d'elle une jeune fille vive et déterminée mais qui sait tout de même garder une certaine classe.

Miss Clay

(Felicity Dean)

Ce rôle ingrat est joué par Felicity Dean. Quand elle accepte de jouer ce rôle elle a déjà une belle carrière derrière elle. En effet elle a 36 ans réellement mais les maquilleurs, comme Jane Austen elle même ne lui ont pas fait de cadeau d'un point de vue maquillage. Elle a des expressions ridicules tout au long du film. Il faut faire ressortir la différence physique entre Elizabeth et elle mais parfois le trait est trop grossi.



Elle a peu de dialogues il est donc difficile de juger son interprétation. Par contre je pense que dans cette version aussi il y a une erreur dans le casting. Comment une femme aussi peu jolie aurait pu attirer un esthète tel que M. Eliott.

Mrs Smith

(Helen Schlesinger)

Le rôle de l'amie d'enfance d'Anne est joué par Helen Schlesinger. Elle aussi a accepté de se transformer sous les mains des maquilleurs et des costumiers. Cette femme plutôt jolie est devenue après leur intervention une femme plus que banal et pas franchement belle. Elle dira la vérité à son amie Anne dès qu'elle aura la certitude qu'elle n'est pas engagée auprès de M. Eliott et ce afin de ne pas lui faire de peine.



(à droite)

Son rôle est malgré tout trop court pour pouvoir en faire une analyse plus profonde.

Mon avis général sur le film :

A la lecture de mes commentaires vous aurez compris sans peine que Persuasion est mon livre préféré de Jane Austen.

Cette adaptation d'un point de vue général est celle que j'aime le plus. Les scénaristes ont su trouver le couple parfait selon moi pour incarner le capitaine et Anne. Ils ne sont, je l'ai déjà dit, pas forcément très beaux mais un tel charisme se dégagent d'eux qu'ils forment à mes yeux le couple idéal. On les sent habités par leur rôle.

Amanda Root joue tout en délicatesse cette femme blessée par un amour perdu et devenue par la force des choses l'ombre de la jeune fille aimée qu'elle avait été. Elle ne reproche rien à personne mais la maturité venant, elle a compris son erreur et quand elle pourra essayer de retrouver l'amour du capitaine elle fera tout pour l'obtenir. Elle sent, dès que l'amiral lui annonce les fiançailles de Louisa, que si le capitaine est venu à Bath, il a certainement une bonne raison. Le concert au cours duquel il laisse percevoir sa jalousie la renforcera dans sa volonté de le reconquérir. La lettre si émouvante qu'il lui écrit, brisera ses dernières résistances. Elle aura la force de se rapprocher de lui dans la rue le laissant même l'embrasser en public. Ce baiser aussi furtif soit-il n'était tout de même pas de mise dans la bonne société de l'époque. D'ailleurs jamais Jane Austen n'aurait osé écrire une telle scène.

Quant à Ciarán Hinds il joue tout en finesse son rôle d'homme amoureux mais blessé au plus profond de lui. Tous les dialogues sont écrits de façon à faire comprendre à Anne que tout ce qu'il dit lui est destiné directement. Dès qu'il est éloigné d'Anne, il garde toujours un regard sur elle : à table chez les Musgrove ou en promenade quand il sent qu'elle est trop fatiguée pour rentrer. Sa jalousie se réveillera à l'encontre de son ami Benwick quand il sent la complicité toute intellectuelle qui s'établit entre eux deux. Il sera surpris de constater sur la jetée le regard admiratif d'un gentilhomme inconnu. Il la couvera d'un regard jaloux lors du concert et peut être que la réaction d'Anne tendant à le retenir lui aura permis d'ouvrir les yeux une fois qu'il sera calmé de sa crise de jalousie. La partie la plus tendre est bien sûr la scène dans la rue quand Charles Musgrove leur laisse la possibilité enfin (!) de se parler seul à seul. Alors qu'ils se regardent tendrement et surpris à la fois de la chance qui leur est offerte de se parler, Anne lui tend la main. Il la prend délicatement dans sa main gantée et la douce pression qu'il exerce est le signe de sa totale capitulation. Il l'aime et le lui dit franchement. Leur regards sont alors d'une beauté exceptionnelle. Je le redis, j'ai eu l'impression qu'ils se fondaient littéralement dans le rôle. C'est pour moi la preuve d'une interprétation parfaite.

Quand j'ai vu le film pour la première fois, j'ai eu du mal à en sortir. J'ai beaucoup aimé cette impression de vivre l'histoire de l'intérieur. C'est une sensation très agréable mais aussi un peu déstabilisante que j'ai beaucoup aimée.

CSS Valide !

© Millesime 57 | Images hebergées sur Hostingpics.net