Un film de Giles Foster (1986)

Grande Bretagne/Etats-Unis

Drame/Romance/Classique

Durée : 1h28

Scénariste : Maggie Wadey


Distribution :

Katharine Schlesinger

Catherine Morland

Peter Firth

Henry Tilney

Robert Hardy

General Tilney

Georgie Withers

Mme Allen

Geoffrey Chater

M. Allen

Cassie Stuart

Isabelle Thorpe

Jonathan Coy

John Thorpe

Ingrid Lacey

Eléanor Tilney

Greg Hicks

Frédérick Tilney

Philip Bird

à gauche

James Morland

Elvi Hale

à droite.

Mme Thorpe

Helen Fraser

Mme Morland

David Rolfe

M. Morland

Elaine Ives-Cameron

La Marquise de Thierry

Raphael Alleyne

Page boy


Synopsis :

Cette version de Northanger Abbey est à mon sens très proche du livre (et ce malgré l'ajout de scènes) et nous sommes en présence d'une adaptation fidèle.....

MAIS …..

Le scénario a été franchement orienté vers une satire des lectures de romans gothiques à la mode à l'époque de Jane Austen.

En effet les scènes ou Catherine rêve sont très nombreuses et d'une relative violence autant physique que sexuelle. C'est au travers de ses « rêves ou cauchemars» que l'on comprend que Catherine apprend à connaître la vie. En remplaçant les personnages de ses rêves par les membres de son entourage, elle s'éveille tout doucement à la vie et, désolée d'être triviale, elle prend conscience de sa sexualité naissante.

Cette adaptation de Northanger Abbey est d'un genre nouveau pour une production de cette époque. En effet quand on regarde certaines adaptations des années 70/80 comme Sense & Sensibility 1971 et 1981, Emma 1972, Pride & Préjudice 1980, Persuasion 1971 et surtout Mansfield Park 1986, on se retrouve face à des œuvres de qualité mais qui semblent vieillottes avec notre regard de janéites 2012.

Je m'explique : dans cette version, le scénariste a pris le risque de mettre des scènes un peu « osées » au regard des écrits de Jane Austen et d'ajouter des scènes totalement inventées qui ne sont pas dans le livre. Je pense que cette audace est sûrement ce qui a permis de voir l'apparition de scénarios totalement révolutionnaires comme par exemple le très grand Pride & Préjudice de 1995.

Les Rêves de Catherine Morland et les scènes ajoutées :

Les personnages qui apparaissent dans les rêves de Catherine ont les traits des hommes ou des femmes qui vont jouer un rôle important dans son futur proche :

Les bandits de grand chemin qui l’enlèvent sont joués par Robert Hardy qui est en fait le Général Tilney et Jonathan Coy qui interprète John Thorpe.

Georgie Withers qui joue Mme Allen est dans une scène très difficile à regarder car elle se coud les doigts sans même sourciller (personnellement je trouve cette scène dérangeante).

Lorsque Catherine doit rejoindre la salle à manger pour le repas du soir, elle se perd dans les couloirs et se retrouve sur le mur d'enceinte de la propriété. En redescendant elle trouve une cage avec un canari.

Elle n'a jamais vu un tel oiseau et le plaint de sa captivité. Quand Henry la retrouve, il se rend compte qu'elle est un peu effrayée et il la taquine sur sa tendance à laisser son imagination vagabonder. Il lui demande si elle est prête à supporter toutes les « horreurs » de sa maison. Il lui manifeste pour la première fois un peu de tendresse mais Catherine ne réagit pas et se laisse raccompagner.

Lors d'une réception à Northanger Abbey, le General reçoit son amie la Marquise de Thierry qui vient de France.

Cette femme étrange, veuve d'un aristocrate français, maquillée de manière extravagante est une source de commérage pour le General. Son jeune page prend la main de Catherine et la conduit sur la pelouse ou il exécute quelques pirouettes.

Catherine se met a nouveau à rêver et un gentilhomme ayant les traits de Henry arrive sur un beau cheval blanc et l’enlève des bras de ses ravisseurs (le General et John Thorpe dans le rêve de Catherine).

Catherine après avoir été surprise dans la chambre de Mme Tilney se sauve et brûle le dernier livre qu'elle était en train de lire  « The Mysteries of Udolfo » (à noter que le livre original est en plusieurs tomes et que vu ce que coûtait un livre à cette époque il est peu probable que Catherine aurait fait une telle chose). Brûler ce livre peut symboliser les désillusions de Catherine face à ses erreurs de jugement.

Les scènes de bals sont peu nombreuses mais très joliment filmées.

Les jeunes gens n'avaient que peu de possibilités de se voir et de se parler et les bals étaient la seule possibilité de pouvoir se parler librement.

Les personnages masculins :



Henry Tilney

(Peter Firth)

C'est le héros romantique par excellence. Il est gentil et a un grand sens de l'humour. Il est plaisant à voir sans pour autant être vraiment beau. La version en anglais (la seule que j'ai) lui donne une très agréable voix qui passe très bien dans la scène finale du baiser.

Mais il faut reconnaître qu'il n'a pas le charme des autres personnages masculins de Jane Austen. Sa vie est bien réglée malgré le caractère très difficile de son père. Il est proche de sa sœur et est son complice dans son histoire d'amour. Il est clergyman et a un revenu plus que confortable pour pouvoir être indépendant de son père. Malgré son statut d'homme d'église il reste tout à fait lucide quant au mode de vie de son frère le Capitaine Frédérick Tilney. Il essaiera de faire comprendre à Catherine que son amie Eléanor n'a rien à espérer de son frère mais sa jeunesse et son inexpérience ne lui ont pas permis de vraiment comprendre le sens de ses paroles.

L'acteur Peter Firth (rien à voir avec Colin Firth) est plutôt sympathique mais pas franchement charismatique. Il joue très bien son rôle de gentleman protecteur mais je dois reconnaître que je n'ai pas franchement « accroché » !! Comme l'actrice Katharine Schlesinger qui joue le rôle de Catherine Morland ils ont bien joué leur rôle mais sans vraiment de conviction.

John Thorpe

(Jonathan Coy)

Jonathan Coy prend un rôle de « bad-boy ». Il est à la chasse à l'héritière.

Sa sœur ayant annoncé ses fiançailles avec James Morlan, il essaie lui aussi de se caser auprès de Catherine. Il essaie par tous les moyens de détacher Catherine de Henry car il sent bien quelque chose se passe entre eux. Il sera l'auteur des rumeurs infondées sur la fortune de la famille Morland et des Allen. Il est trop imbu de lui même et d'une arrogance maladive. Sa ruse pour amener Catherine à le suivre pour une promenade en voiture plutôt dangereuse seront à l'origine d'un quiproquo avec les Tilney.

Le Général Tilney

(Robert Hardy)

Le rôle est tenu par Robert Hardy. L'acteur joue avec beaucoup de conviction ce rôle de chef de famille.

Il a le rôle qui d'habitude est tenu par les mères dans les autres romans de Jane Austen. Il est quasiment ruiné et cherche à marier ses enfants par tous les moyens possible. Il traite Catherine avec beaucoup de gentillesse tant qu'il pense qu'elle est une héritière en puissance. Sa réaction quand il apprend qu'elle n'a pas de fortune est d'une violence inouïe.

Frédérick Tilney

(Greg Hicks)

Il est le second « bad-boy » de l'histoire. Il est beau, il le sait.

Il plaît aux femmes et il en profite. Son attitude suffisante envers les femmes est palpable. Il peut tout se permettre car il est « l’héritier ». Son histoire de cœur avec Isabelle Thorpe sera le motif de la rupture des fiançailles de James Morland.

Mais il ne s'en soucie absolument pas et abandonne purement et simplement Isabelle à la grande stupeur de Catherine.

Greg Hicks qui joue le rôle est très crédible dans ce rôle de mauvais garçon. Ses regards sur Isabelle donnent une idée précise de sa suffisance. Il interprète le rôle a la perfection et il a une attitude qui irrite très facilement.


Les personnages féminins :


Catherine Morland

(Katharine Schlesinger)

Katharine Schlesinger dans le rôle de Catherine Morland est d'une grande justesse.

Elle est jolie sans être vraiment belle. Quand on la regarde jouer elle correspond à la description que Jane Austen fait d'elle dans les deux premières pages du livre. Quand on regarde évoluer son rôle, on la voit devenir plus mature et son personnage évolue au fur et à mesure de ses expériences. Elle s'épanouit réellement à la fin quand Henry vient lui demander de l'épouser.

Mme Allen

(Googie Withers)

Googie Withers est très crédible dans son rôle mais elle me semble un peu âgée pour l'interpreter.

Elle est une gentille vieille dame qui s'amuse un peu avec une jeune fille à qui elle offre généreusement de faire son entrée dans le monde.

Elle est pleine de bonnes intentions et sa vie tourne autour des tissus et de la mode.

Isabelle Thorpe

(Cassie Stuart)

Cassie Stuart qui joue le rôle est très crédible dans son rôle de fiancée radieuse.

Mais là ou je ne suis plus d'accord c'est dans la manière dont son rôle évolue. Les scénaristes en ont fait une jeune femme vulgaire et aguicheuse. Dans la scène ou elle rencontre le Capitaine Tilney la première fois lors d'un bal, le scénario en fait quasiment une prostituée qui racolerait sur le trottoir.

Je suis très surprise que son rôle ait été autant exagéré. Son attitude lors de ce bal, à l'époque de Jane Austen, lui aurait valu une réprobation Generale et je ne suis pas sûre qu'elle aurait eu l'audace de faire ce qu'elle a fait dans le film. Elle joue ce qu'on lui demande mais je n'ai pas aimé !!!

Eléanor Tilney

(Ingrid Lacey)

Ingrid Lacey est une actrice très convaincante de son rôle.

Elle est très belle et joue a merveille son rôle de jeune fille bien élevée. Elle a la douceur requise pour le rôle et il n'y a rien à redire à son interprétation.

La Marquise de Thierry

(Elaine Ives-Cameron)

Elaine Ives-Cameron joue le rôle d'une veuve d'aristocrate français. Ce personnage a été rajouté dans le film pour faire ressortir le côté sombre du General Tilney dont elle est l'amie et la pourvoyeuse de commérages. Son maquillage outrancier ne permet pas beaucoup de juger son jeu car elle disparaît totalement sous une crème blanche parsemée de mouche à la mode française de l'époque.

Sa présence permet également de situer l'histoire dans le temps car son époux ayant été guillotiné en 1794 quelques années auparavant on peut dater les événements aux alentours de 1796/1798.


Un petit point sur les bains à Bath :


Je suis assez surprise de la représentation des bains dans le film. En effet en connaissant les strictes règles de bienséance qui régnaient à cette époque, il semble peu concevable qu'une telle proximité soit permise entre homme et femme. Il faut noter aussi les coiffures totalement délirantes des femmes en train de prendre les eaux.

J'imagine bien le concours de tuniques mouillées à la sortie des bains sachant que les bassins sont communs !!!!


En conclusion :


L'idée de départ du scénariste de mettre des scènes nouvelles dans l'intrigue pour la booster un peu était très bonne. Par exemple la scène au bains de Bath est très originale et surprenante surtout quand on connaît les manières guindées de l'époque de Jane Austen. On voit les hommes et les femmes « mélangés » dans les bains ce qui est pour le moins étonnant.

Je reconnais quelques originalités, j'ai regardé ce film avec beaucoup de plaisir mais je n'ai pas connu ce petit quelque chose qui fait que je puisse avoir envie de le regarder en boucle comme certaines autres adaptations.

CSS Valide !

© Millesime 57 | Images hebergées sur Hostingpics.net